Venez chanter en français avec « Les Fatales » !

Venez chanter en français avec « Les Fatales » !

Saviez-vous que Rotterdam a sa chorale francophone ?  Chaque semaine une douzaine d’amateurs se retrouve pour chanter et travailler à un répertoire varié : polyphonies, balades, chansons françaises de toutes les époques et le plus souvent a capella.  Le groupe mixte a bien tenté de changer de nom mais, rien à faire, « Les Fatales » leur colle à la peau.

Hélène Quiniou, présidente de l’ensemble, répond à nos questions.

Qu’est-ce qui a motivé la création d’un ensemble vocal ?

L’idée d’un groupe vocal est née au début des années 2000 lors d’un dîner entre Françaises exilées à Rotterdam. Dans ce restaurant de la rive Sud, le personnel et les clients pouvaient pousser la chansonnette. Je n’ai pas résisté à me lancer entre la poire et le fromage et après, en papotant autour de la table, nous est venue l’idée de créer une chorale pour chanter dans notre langue, pour rire en français. Nous avons rapidement trouvé une chef de chœur et pu commencer les répétitions chez l’une d’entre nous. Au début, nous n’étions que des femmes (d’où notre nom d’origine Les Fatales) et notre répertoire se cantonnait à la chanson française. Depuis quelques années, nous accueillons aussi des hommes, ce qui permet d’étoffer les registres, notamment pour les polyphonies de la Renaissance.

D’ailleurs un ou deux ténors seraient les bienvenus !

 

Dans quelle mesure peut-on dire que « Les Fatales » ont un ancrage à Rotterdam ?

La plupart d’entre nous vivent et travaillent à Rotterdam ou tout près, nos enfants y sont scolarisés, nous répétons dans une maison de quartier de Middelland. On peut dire que « 010 », c’est aussi notre ville dans la mesure où l’on s’y reconnaît dans la diversité, l’ouverture d’esprit et le dynamisme. Et, non des moindres, la lingua franca de notre ensemble est le néerlandais avec Zuri, notre chef de chœur mexicaine.

Si vous deviez chanter une chanson en l’honneur de Rotterdam, quelle serait-elle ?

Formidable de Charles Aznavour, même si les paroles jonglent avec le français et l’anglais. Il y a un tel humour et une telle pêche dans l’arrangement choral. On swingue bien avec cette chanson, un peu à la R’dam : « You are my love, very, very, véritaaaable ».

Quels sont vos ambitions et challenges ?

Rester un groupe harmonieux dans lequel on se sent bien au chaud, continuer de chanter dans la gaieté, progresser. Parmi les défis, recruter des voix, notamment un ou deux ténors comme je l’ai dit précédemment. Et puis, nous avons beau exister depuis le début du siècle, le public n’est pas toujours au rendez-vous. C’est assez difficile de se faire connaître, de trouver des endroits où se produire, et d’y attirer du monde.

Vous pouvez contacter « Les Fatales » directement sur leur tout nouveau site internet. Visitez également leur page Facebook !